Liban

 

« Par la foi, tenez, solides et fermes ;
ne vous laissez pas détourner de l’Espérance que vous avez reçue
en écoutant l’Évangile proclamé à toute créature sous le ciel. » (Col. 1 /23)

 

 

1923 : Pour répondre à l’appel des Pères
Jésuites, les Sœurs de Saint Joseph de Lyon
sont arrivées de l’Arménie au Liban pour servir
à l’Hôtel-Dieu de France de Beyrouth 
ainsi qu'à la maternité française et s’occuper 
des  Arméniens réfugiés au Liban. Elles étaient dix-sept,
de différentes nationalités : Française, Américaine,
Mexicaine,
Arménienne, Italienne et plus tard, Libanaise.


Peu à peu,
les Sœurs de SAINT JOSEPH
se sont implantées en d’autres lieux.

 

 

 

 

Présence à Dier - el -  Harf

  • 1936 : Les sœurs sont arrivées à Deir-el- Harf  pour fonder une école primaire.
  • 1949 : ouverture du noviciat.
  • 1983 : pendant la guerre civile, et après une longue souffrance avec le peuple surtout chrétiens persécutés,
    elles ont été obligées de prendre le chemin de l’exode vers une région chrétienne moins visée.
  • 1986 : elles sont revenues pour  recommencer un nouveau chemin de la mission de réconciliation et d’unité dans cette région disséquée.

 

Présence à klaya:

  • 1958: Les sœurs étaient appelées vers le sud du Liban, frontière avec Israël à ouvrir une communauté et une école primaire.
    Puis elles tiennent également un dispensaire pour le village et la région ainsi qu’une mission dans la paroisse auprès des jeunes,
    et des personnes âgées  et la Confrérie de Marie.

 

  • 1975 – 2006: les sœurs ont lutté pour une présence active et serviable à coté des villageois
    qui souffraient d’une guerre atroce et les attaques des israéliens dans le sud Liban.

 

 

Présences à Jounieh (1969):

Une mission dans la paroisse: Les sœurs assurent différents services : service de l’autel,

la préparation des enfants à la première communion, les réunions des jeunes,
les visites aux malades et aux personnes âgées, groupe de C.V.X etc...

 

Autres missions momentanées

Pour différentes raisons (la guerre libanaise, le nombre insuffisant des Sœurs…)

nous avons été obligées de quitter certains endroits : L’hôpital d' HOTEL - DEIU
et la  maternité française en 1968, une école primaire gratuite à Darb - elsim.
Et une autre  école primaire gratuite à Beit – Ed Din.
De même nous avons cédé la gestion de deux dispensaires gouvernementaux
de Rayfoun et Achkout (kesrwwan) par manque des Sœurs infirmières

 

Nos engagements apostoliques

 

Mission éducative (à Klayaa et Deir El Harf): Nos écoles ouvertes, mixtes, de toutes confessions religieuses   une terre fertile  pour enraciner la communication et l’Espérance entre nos élèves, et bâtir une société d’amour qui accepte la différence comme une richesse et la diversité sera un défi pour un avenir convivial et fructueux.  A travers nos relations, enseignants, parents et enfants, nous essayons  de créer des ponts de communications et de dialogues surtout dans nos différents milieux  de vie, de travail et d’action, à partir de : l’éducation  humaine, civique, religieuse, environnement, scientifique…

 

Retraites et récollections ignatiennes:

Dans un monde assoiffé de Dieu, nous partageons notre spiritualité ignatienne et notre charisme à toute personne qui a le désir d’une relation avec Dieu. C’est un moment de silence, un moment de « navigation » en soi, de partage.



En un mot, c'est un moment relationnel fort avec soi,
avec l’autre et avec le Seigneur.

Ce projet est réalisé conjointement avec les pères Jésuites.

 

 

Mission paroissiale : les sœurs sont des membres du Comité paroissial (Deir el Harf, Klayaa, Ghadir): nous essayons pour rendre notre présence active à coté du peuple de Dieu pour qu’ensemble nous bâtissions l’Eglise du Seigneur:

 

 

(Membre dans l’équipe liturgique, chorale, groupes de jeunes,
de prières, enfants, première communion, veillées évangéliques,
adoration, camps des jeunes, formation religieuse,
la croix rouge et Caritas, catéchèses, club d’environnement
à l’école et avec les autres clubs de la région…)

 

 

Équipe de justice et paix : Nous collaborons avec des personnes laïques qui travaillent pour la Justice et  la Paix, le soin de la terre l’environnement,  les droits de la femme, la lutte contre la pauvreté…  Nous essayons de nous ouvrir aux cultures qui naissent dans nos réalités actuelles et locales.

Pastorale universitaire: l'accompagnement des jeunes universitaires est une mission très vivante. Nous sommes engagées avec des jeunes pour cheminer avec eux pour qu'ils  vivent leurs engagements ecclésiales dans leurs universités et pouvoir lutter contre tous les défis du monde actuel. Ce but est réalisé à travers des réunions régulières, des weekends, des formations et un camp annuel qui est divisé en deux partie: spirituelle (retraite ignatienne) et missionnaire et d'autres activités formatrices et créatives des jeunes.

Club d'environnement: Dans notre école à Deir el Harf, nous avons  fondé un Club qui encourage les élèves dans une éducation environnementale. Il est en collaboration avec d'autre Club de la région et des comités internationales comme AFDC (Association for forest and devellopement and conversation – Lebanon). Nos élèves ont produit déjà un chant sur la protection du foret  et une scène théâtrale  éducative sur le rôle des abeilles, les deux projets sont  adoptés  par l'AFDC et réclamés  par les autres écoles   et les clubs d'environnement.

 

 

Réseau ignatien-Liban: Le Réseau Ignatien réunit toute la famille ignatienne au Liban. Cette famille regroupe: la Compagnie de Jésus (les Jésuites), les Sœurs des Saints-Cœurs, de Nazareth, de Saint-Joseph de Lyon, de Saint-Joseph de l’Apparition, de Jésus et Marie, la Compagnie de Marie Notre-Dame, la Communauté du Chemin Neuf, la Communauté Vie Chrétienne (CVX), le Mouvement Eucharistique des Jeunes (MEJ), ainsi que de nombreux laïcs de spiritualité ignatienne.  Ces mouvements et communautés cherchent à vivre la spiritualité initiée par saint Ignace de Loyola et ses compagnons, une spiritualité qui continue toujours de dynamiser ces communautés pour « une plus grande gloire de Dieu » et «le bien des âmes».

 

 

Partout dans nos lieux de mission, nous essayons d’être fidèles à notre spiritualité, et notre Charisme.
Enfin nous prions notre seigneur, le maître de la moisons,
« d’assurer, s’il le veut,
la croissance de notre congrégation
en y ajoutons de nouveaux membres (const 89),
car notre monde a besoin des personnes courageuses
qui vivent cette aventure
de la vie religieuse
en quittant nos sécuritéspour la rencontre de l’autre dans
un
don joyeux et sans réserve de toute notre vie
pour contribuer,
en qualité de faible instrument,
à la construction  d’un monde nouveau
.